• Lorane Lechevalier

Text neck : pathologie liée à l'usage des nouvelles technologies

Mis à jour : 31 janv. 2018


75 % de la population passe des heures la tête penchée en avant sur leurs appareils de poche. Les plus jeunes, en particulier, restent en moyenne cinq heures par jour dans cette position, à échanger des « textos », à déchiffrer leurs écrans pour de la lecture ou des vidéos, …

Les mauvaises positions répétées liées à l’utilisation de nouvelles technologies, créent des douleurs cervicales à tout âge (87% des adolescents et des enfants ont des douleurs cervicales liées à l’émergence des téléphones portables et des tablettes) ! Assez récent, le trouble du « Text neck » ou « cervicalgie des textos » en langue française, devient une véritable question de santé publique dans de nombreux pays...

Le poids porté sur la colonne vertébrale augmente de façon spectaculaire lorsque la tête est inclinée vers l’avant : alors qu’une tête en position de repos a un poids relatif de 4 et 5 kg, à seulement 15° de flexion vers l’avant, le poids relatif atteint déjà 12 kilogrammes en moyenne, soit plus du double. A 30° de flexion, il atteindra 18kg, et à 45°, 22kg, soit plus de quatre fois son poids réel !

Les conséquences anatomiques sont multiples : la flexion vers l’avant provoque des changements dans la courbure de la colonne cervicale, pouvant aboutir à une dégénérescence cervicale précoce des vertèbres. Les ligaments de soutien, les tendons et la musculature dans son ensemble sont soumis à des forces telles qu’un changement postural peut avoir lieu. 

Des douleurs apparaissent, principalement dans le cou ainsi que la région des épaules et des omoplates. Des effets secondaires peuvent aussi se développer et contribuer à :

  • Des plaintes oculaires du fait de la faible distance avec l’appareil regardé : myopie, fatigue oculaire, yeux secs…

  • Des problèmes respiratoires et cardiaques : la tête en avant et les épaules repliées sur le buste, il est plus difficile de respirer. Les poumons et le cœur ne peuvent donc pas fonctionner de façon optimale.

  • Des problèmes de sommeil : le champ électromagnétique à très basse fréquence peut donner les symptômes suivants : maux de tête, picotements dans les mains, faible immunité, trouble de l’hyperactivité et de l’attention, sans oublier les troubles du sommeil… Les gens n’ont pas encore l’habitude d’associer ces symptômes aux ordinateurs, internet sans fil, et autres objets connectés. L’absorption du rayonnement électromagnétique à travers la tête d’un enfant peut être deux fois plus grande que pour un adulte, et l’absorption de sa moelle osseuse au niveau du crâne dix fois plus grande !

  • Une irritabilité et un isolement plus important de l’enfant. Celui-ci communique moins et est moins alerte sur l’environnement qui l’entoure.

  • Une chute de résultats scolaires, quelque soit l’environnement familial, ou le niveau d’éducation.

La douleur cervicale musculo-squelettique chez les adolescents et les enfants est un trouble multifactoriel commun fortement aggravé par une utilisation prolongée de petits appareils connectés. Le bon développement physique de l’enfant peut être altéré par une position recroquevillée la tête en avant, engendrant principalement des contraintes au niveau cervical. Celles-ci peuvent entrainer une usure précoce, des déchirures voire des dégénérescences ayant un retentissement important à l’âge adulte.

Les meilleurs conseils, à défaut de vivre sans technologie, sont donc de réduire au maximum l’utilisation quotidienne des téléphones cellulaires et des tablettes. Réaliser des activités physiques avec la colonne vertébrale en position neutre ou en extension limitera les effets néfastes induits par le « text neck ».

N’hésitez pas à consulter votre chiropracteur pour obtenir des conseils et un soin personnalisé !

Musculoskeletal neck pain in children ant adolescents : Risk factors and complications. Jaward Fares, Mohamad Y. Fares, Youssef Fares. May 2017. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5445652/

Lorane Lechevalier Chiropracteur à Pau : logo