• Lorane Lechevalier

Statistiques sur la chiropraxie : patients, motifs de consultation, techniques chiropratiques

Mis à jour : 22 août 2018


Qui consulte un chiropracteur, pour quelles raisons ? Comment le diagnostic chiropratique est-il posé ? Et quels sont les soins prodigués par un chiropracteur ?


Selon un article de novembre 2017 synthétisant 40 ans de littérature scientifique, 9,1% de la population des pays étudiés, fréquente un chiropracteur au moins une fois par an. Cette étude recense les motifs principaux de consultation, la typologie de la patientèle, les méthodes d’examens pratiqués par les chiropracteurs et enfin les techniques chiropratiques utilisées pour le traitement.


Ce travail reprend tous les articles scientifiques en relation avec la chiropraxie jusqu'en janvier 2016, soit plus de 40 ans de publications ! Les articles sélectionnés ont été publiées en Français ou en Anglais, dans les formats de recherche suivants : étude de cas, étude descriptive ou transversale ou cohorte. De plus, dans chacun d'eux, le patient reçoit un traitement chiropratique.


Sur un total de plus de 14 000 articles, 328 répondent aux critères. Les résultats sont intéressants à plusieurs niveaux. Ils permettent d'analyser la population fréquentant les chiropracteurs (âge, sexe, part dans la population nationale), ainsi que leurs motifs de consultation.


Le nombre de parutions scientifiques concernant la chiropraxie s'est densifié à partir de 1977, et plus de la moitié d'entre-elles (57,5%) ont été publiées entre 2005 et 2016. Les plus gros pays contributeurs de cette littérature sont en premier lieu les États-Unis, suivis du Canada, de l'Australie, de l'Angleterre et du Danemark.


Voici les statistiques mises en lumière par cette recherche :


Le taux de recours à la chiropraxie par an et par habitant

Sur 52 études transversales sur la consultation d'un chiropracteur en une année, la tendance à consulter un chiropracteur est en hausse aux États-Unis et au Canada depuis les années 2000, alors qu'elle diminue en Australie.


9,1% de la population en moyenne consulte un chiropracteur au moins une fois par an. 22% ont vu un chiropracteur au moins une fois depuis leur naissance.


Ces pourcentages sont plus importants pour les femmes (13% et 24,9%), les personnes souffrant de maux de dos (31% et 31,9%), les personnes souffrant de douleurs chroniques (16,1% et 23,6%).


Inversement, les personnes de plus de 55 ans consultent moins (8,4% et 20,3%) ainsi que les jeunes de moins de 18 ans (8,1% et 11,1%).


Les personnes développant un cancer ont moins tendance à consulter un chiropracteur que les autres (14,7% des personnes développant un cancer consultent un chiropracteur au moins une fois dans leur vie).


Les motivations pour consulter un chiropracteur

Le mal de dos est la raison principale de consultation en chiropraxie, suivi par les cervicalgies (douleurs au niveau du cou).


Voici les résultats dans l'ordre :

– mal de dos (sciatique, lumbago, douleurs lombaires, dorsalgie, scoliose...) : 49,7%

– douleurs du cou (cervicalgie, torticolis, coup du lapin ou wiplash...) : 22,5%

– problème aux extrémités (tendinite ou tendinopathie, entorse, syndrome du canal carpien...) : 10%

– prévention, entretien et bien-être : 7,5%

– douleur de hanche (coxalgie, coxarthrose...) : 7%

– maux de tête (céphalées, migraines, vertiges...) : 5,5%

– douleur à l'épaule ou au bras (névralgie cervico brachiale, syndrome du défilé thoracique, épicondylite, épitrochléite, tendinite ou tendinopathie...) : 5%

– non spécifié et autre : 5%

– problème viscéral ou non musculo-squelettique : 3,1%

– problème de genou (gonalgie, entorse, syndrome de l’essuie-glace...) : 2,9%

Certains patients ont consulté pour plusieurs motifs.


La patientèle type du chiropracteur

57% des patients sont des femmes. Sur les personnes âgées consultant 60% sont des femmes et sur les enfants, ce taux descend à 47%.

La moyenne d'âge de consultation est de 43 ans environ.

77,3% des patients sont employés, 10,9% sont des personnes au foyer, puis viennent les retraités (10,7%), les personnes sans emploi (9%) et enfin les étudiants (4%). Les personnes handicapées représentent seulement 1,4% des patients.

Rappelons que ces données proviennent de pays en majorité anglo-saxon.


L'évaluation chiropratique

Pour le diagnostic chiropratique voici les procédures d’évaluation les plus utilisées :

· Palpation statique (89,3% des chiropracteurs)

· Palpation dynamique (86,5%)

· Examen de la colonne vertébrale (79,5%)

· Examen orthopédique (71,8%)

· Examen neurologique (64,6%)

· Examen des tissus mous (56%)

· Analyse posturale (48%)


Les examens moins pratiqués sont les suivants :

· Examen physique général (35% des chiropracteurs)

· Radiologie (35%). N.B. : dans certains pays les chiropracteurs peuvent prescrire ou réaliser des examens radiologiques.

· Interrogatoire complet sur le passé médical (31%)

· Signes vitaux (26,5%)

· Examen des extrémités (20,5%)

· Examens cardiaque, pulmonaire ou abdominal (<15%)

· IRM et scanner (<2%)


Les traitements et techniques chiropratiques

Les traitements chiropratiques réalisés :

· Manipulation de la colonne vertébrale avec ou sans assistance mécanique (79,3%)

· Thérapies sur les tissus mous : massages, triggers points, compression ischémique... (35,1%)

· Conseils formels au patient (31,3%)

· Compléments en nutrition (30,9%)

· Exercices physiques prescrits (26%)

· Froid/glace (26%)

· Chaud (21,8%)

· Mobilisation/traction manuelle (17,2%)

· Supports orthopédiques, stimulation électrique, ultrasons (entre 13% et 12,5%).


Les techniques chiropratiques utilisées :

· Diversified (65,5%)

· Nimmo-Tonus / compression ischémique pour libérer les triggers points (28,8%)

· Activator (23%)

· Gonstead (14%)

· Cox (10,5%)

· HIO (10%)

· Kinésiologie appliquée (10%)

· Thompson (7%)

· Crânien/SOT (6,6%)


Ces résultats sont basés sur l’analyse rigoureuse d’un vaste corpus de littérature scientifique. Ceci octroie une grande fiabilité aux données recueillies. Toutefois les études n’étant pas de qualité homogène, certains biais n’ont pas été complètement écartés. Ainsi certaines estimations peuvent manquer de précision.


Sources : Peter J. H. Beliveau, Jessica J. Wong, Deborah A. Sutton, Nir Ben Simon, André E. Bussières, Silvano A. Mior and Simon D. French : The chiropractic profession: a scoping review of utilization rates, reasons for seeking care, patient profiles, and care provided. 22/11/2017.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5698931/

Lorane Lechevalier Chiropracteur à Pau : logo