• Lorane Lechevalier

La chiropraxie et l'hypertension


La chiropraxie et l'hypertension

Il convient de rappeler en préambule que la chiropraxie n’est pas un moyen de soigner l’hypertension.


L’hypertension est un facteur présent dans 18% des décès dans le monde.


90% des cas d’hypertensions sont dus au mode de vie ou à des facteurs génétiques.


En ce qui concerne les cas d’hypertension mineure, celle-ci peut se réguler avec un mode de vie plus sain. Ce changement d’habitudes a souvent autant voire davantage de résultats que les médicaments.


Ce qui est intéressant pour les chiropracteurs est de savoir que la tension artérielle est en général adaptée aux besoins de notre corps.


Pour certaines personnes le problème d’hypertension provient d’une mauvaise communication entre le corps et le cerveau. Ce problème peut résulter d’un type de dysfonctionnement que les chiropracteurs appellent subluxation chiropratique.


Or le rôle de la chiropraxie est d’améliorer la communication entre le système nerveux et le corps.


En effet, il se pourrait que notre système nerveux module notre pression artérielle de manière incorrecte en réponse à des informations imprécises sur ce qui se passe dans notre corps.


Que dit la recherche ?


Beaucoup de recherches sont non pertinentes, contradictoires et ne permettent pas de conclure.


Philip Bolton et Brian Budgell en 2012 ont effectué une revue de littérature scientifique sur ce sujet et ont découvert quelques changements sur les sujets en bonne santé, décidant toutefois qu’ils étaient cliniquement insignifiants.


Mangum, et al. ont passé en revue 10 études sur le sujet. Seulement deux de ces études ont été jugées pertinentes. Pour celles-ci, la pression sanguine après ajustement n’avait pas significativement diminué. Ils ont donc conclu à l’absence d’études de qualité permettant de justifier l’usage de la chiropraxie pour les patients souffrant d’hypertension artérielle, même si les études rejetées montraient un résultat opposé à leurs conclusions.


En 2007, un professeur de médecine et directeur du « Comprehensive Hypertension Center » de l’université du Chicago Medical Center, le Docteur Bakris a conduit une étude sur 50 patients atteints d’hypertension de niveau 1. Les patients étaient répartis en deux groupes. L’un recevait un ajustement chiropratique spécifique des hautes cervicales, l’autre recevait un faux traitement. Les patients réellement ajustés ont montré une baisse de tension artérielle après 8 semaines. 85% d’entre eux n’ont reçu qu’un seul ajustement chiropratique. La tension artérielle a diminué en moyenne de 17mm de Mercure pour la pression systolique et de 10mm de Mercure pour la pression diastolique. Ces résultats n’avaient été observé qu’en combinant deux types de médicaments hypotenseurs.


Le chiropracteur qui a effectué les ajustements de cette étude est considéré comme l’un des plus expérimentés et a utilisé une technique particulière appelée NUCCA. C’est peut-être la raison pour laquelle des résultats aussi spectaculaires n’ont jamais été reproduits, voire infirmés comme ce fut le cas dans une étude datant de 2016 mené par Goertz, et al.


Conclusion


Pour certains patients, la recherche suggère que certaines techniques chiropratiques pourraient aider à mieux réguler leur tension artérielle. Pour ceux-là, il peut être pertinent de réévaluer leurs besoins en médicaments hypotenseurs car les soins chiropratiques, dans certains cas, peuvent modifier de manière importante la tension.


Des études complémentaires doivent être menées afin de déterminer quel type de soins chiropratiques sont les plus pertinents et sur quel type de patients hypertendus ils peuvent s’appliquer.


Sources : Therealitychek.com ; Heidi Haavik Research.

Lorane Lechevalier Chiropracteur à Pau : logo